• Mater dolorosa

     

    Mater dolorosa

     

    En septembre tu es arrivé dans ma vie,

    En m'apprenant le verbe souffrir

    Au sens physique du terme.

    Tu frappais très fort à la porte,

    Et quand enfin nous avons réussi

    A reprendre nos libertés

    J'ai découvert époustouflée

    Un petit lutin magnifique

    Qui poussait son premier cri

    Dans un orage formidable !

    Un déferlement de bonheur

    Jamais égalé, m'est tombé dessus

    Comme une fièvre incroyable ...

    Une joie pareille,

    On ne la vit que rarement,


    Elle vous submerge

    Tant

    Qu'on n'oublie jamais.

    Le bonheur est pudique,

    Difficile à écrire, il dépasse les mots

    Il arrête le temps

    En retenant l'instant ...

    Tu sortais de mon corps

    Tu entrais dans ton premier jour.

    Je savais que tu n'étais pas à moi,

    J'étais chargé par le nature

    De t'accompagner sur les chemins de ton identité.

    Je voulais te tenir la main,

    Pour t'aider à savoir qui tu voulais être ...

    Ce fut une quête longue et ardue ...

    Johann m'ont appelé ... 

    Disait le faire-part,

    Un enfant désiré

    Est un cadeau de la vie.

    Johann, Yanouchka, Yanis,

    Mon enfant terrible,

    Pour tes dix huit ans 

    J'ai pris tes mains et j'ai dit :

    Je te rends à toi même

    Mon contrat est rempli ...

    Tu as choisi de le déchirer ...

    C'est ton droit ...

    Mais ce n'était pas le bon choix ...

    Je ne l'ai pas mérité ...

     

    Eve mai 2006

     

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Novembre 2015 à 13:58

    hello Eve.....

     ton poeme est criant de verité....

     comme tu aimes ce petit bout, qui a bien grandi...

     il a pris son envol... pas facile pour une maman parfois d'accepter..

     ne sois pas triste, .

     la vie lui apprendra, tout ce qu'il ne semble vouloir accepter de toi..

     tes mots sont magnifiques.... a bientot  bisous  "V".

    rizierebarquecampagnemilieutam401340.

    2
    Dimanche 8 Novembre 2015 à 07:22

    Nous sommes l'archer qui tient l'arc et notre enfant est la flèche, une fois que la flèche est partie, elle ne dépend plus de l'arc, la main de l'archer lui a donné une direction et une puissance pour aller vers son but.

    On pense toujours avoir donné le meilleur pour ses enfants, mais on ne sait rien des choses cachées qui n'ont jamais été abordées

    Amicalement

    Claude

    3
    Dimanche 8 Novembre 2015 à 08:08

    Tres belle image mon cher Claude .... j'ai oeuvré pour que la flèche soit indépendante ... et je respecte cette indépendance ... le problème étant que la flèche voudrait  éduquer l'arc à sa façon ...

    Il faut parler de ce moment où nos enfants devenus adultes sont si heureux d'avoir ce rôle de "pouvoir" qu'ils oublient de respecter ceux qui vieillissent ... et voudraient influencer leurs choix ...

    J'ai respecté mes enfants au point d'avoir eu du mal à prononcer le mot "mes" (enfants) tant je savais qu'ils n'étaient qu'à eux ... et maintenant j'attends le même respect sur qui je suis ...

    Je suis une résistante dans l'âme et je tiens bon tant que je pense être sur le chemin que j'ai choisi ...

    Merci Claude pour ces petits débats qui sont le propre des blogs non ...?

    Beau dimanche .

    Eve

    4
    Dimanche 8 Novembre 2015 à 22:26

    Bonsoir Eve,

    Ton texte est criant de vérité. Je ne sais que dire car, tu sais que moi aussi, j'ai eu des soucis avec mes enfants. A tel point, que c'est moi qui aie coupé les ponts. Tout a commencé lorsqu'elles sont devenues maman à leur tour. Elles se sont crues supérieures, permise sur tout et de là tout est partit. Le respect, il n'y en avait plus. J'ai patienté quelques temps pour mes petits-enfants et par la suite, j'ai coupé les ponts. C'est triste mais c'est ainsi. Je pense qu'elles comprendront plus tard, hélas, il sera trop tard.

    Je suis désolée de ne pas venir souvent mais je ne reçois pas ta newsletter. Et pourtant, je suis inscrite depuis le début. Du coup, je ne pense pas à venir.

    Je te souhaite une bonne soirée. Bisous.

    5
    Lundi 9 Novembre 2015 à 07:41

    Je viens juste de retrouver mon fils et ... le sien, après une indifférence de huit longues années ... C'est moi qui a fait les premiers pas pour ses 40 ans ... j'avais conservé son nounours de naissance que son papa avait acheté ce jour là, je l'ai bien lavé, le séchoir électrique lui a redonné du gonflant ... je lui ai posé un joli ruban rouge, j'ai acheté un joli panier que j'ai bourré de papier de soie blanc et j'ai exposé mon cadeau à l'intérieur le tout emballé dans un papier transparent (donné par un fleuriste) et je suis allé chez lui le déposé devant sa porte ... à l'intérieur j'avais posé une petite carte qui disait ... "il fête son anniversaire en même temps que toi, je ne pouvais le laisser seul ..."

    Son frère m'a dit qu'il avait été très ému de reconnaître son "doudou" ... ensuite il fut facile de poursuivre la démarche ...

    Je reste extrêmement vigilente ... pas question d'aliéner ma liberté ...!

    (je ne comprends pas pourquoi tu ne reçois pas le newsletter ... je n'ai pas toutes les ficelles de ce blog ...)

    Belle journée pour toi !

    Eve

     

    6
    Lundi 9 Novembre 2015 à 22:57

    Tu as fait un très beau geste, mais comme tu l'écris, reste vigilante.

    Pour que l'on reçoive la newsletter il faut aller dans ta barre d'outil EklaBlog là où il y a ton pseudo, mot de passe, tu cliques sur Interaction, clic sur Newsletter, cocher la première ligne "Envoyer un Email à tous les inscrits" puis cliquer sur "Appliquer".

    Une fenêtre va s'ouvrir te disant que tous les abonnés vont recevoir la newsletter.

    Voilà, c'est tout simple.

    Un gros bisous à toi pour te souhaiter une bonne soirée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :